Strasbourg : 18 mois de prison pour un policier ayant matraqué une Gilet jaune en 2019

Publié le par Julie

En janvier 2019, une manifestante qui participait à un rassemblement de Gilets jaunes à Strasbourg avait été matraquée au niveau de la tête par un policier. La justice vient seulement de se prononcer : le fonctionnaire écope de dix-mois de prison avec sursis.

En janvier 2019, une manifestante qui participait à un rassemblement de Gilets jaunes à Strasbourg avait été matraquée au niveau de la tête par un policier. La justice vient seulement de se prononcer : le fonctionnaire écope de dix-mois de prison avec sursis.

 
La sentence tombe un an et demi après les faits. En janvier 2019, un gardien de la paix s’en était pris à une manifestante appartenant au mouvement des Gilets jaunes, à Strasbourg. Le policier vient d’être condamné à dix-mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Strasbourg.

 
Une condamnation de 18 mois de prison

 
Le parquet avait requis douze mois de prison avec sursis pour ce fonctionnaire qui avait donné plusieurs coups de matraque à une Gilet jaune. Le mis en cause en écope finalement de six de plus. À cette condamnation s’ajoute cinq ans d’interdiction de port d’armes ainsi que d’une inscription au casier judiciaire.

 
L’AFP a pu prendre connaissance du rapport de la délégation de Metz de l’IGPN qui indique que ce gardien de la paix « n’était pas menacé directement ou personnellement par un manifestant ou la victime » lors de cette manifestation du 12 janvier 2019. Ce jour-là, de nombreux heurts avaient pourtant été déplorés.

 
Des faits de violence disproportionnés

 
Le procureur dénonce « une violence totalement disproportionnée » de la part de l’agent de police. Il a également évoqué un « contexte de violences ce jour-là et sans doute de "fatigue" ». Selon lui, le gardien de la paix a « manqué à ses devoirs et à son serment, il rabaisse l’institution qu’il est censé servir ». L’avocate de l’intéressé a mis en avant « le stress et la tension extrême » de son client et a reconnu qu’il s’agissait de « gestes regrettables ».

Julie pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans Faits Divers, justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article