Mali : L'armée française a tué le chef des djihadistes au Maghreb, selon la ministre des Armées

Publié le par Denis et Julien

Ce vendredi 5 juin, la ministre des Armées Florence Parly a annoncé la mort d'Abdelmalek Droukdel, chef historique des djihadistes au Maghreb.

Ce vendredi 5 juin, la ministre des Armées Florence Parly a annoncé la mort d'Abdelmalek Droukdel, chef historique des djihadistes au Maghreb.

Alors que l'armée française est engagée dans la lutte contre le terrorisme un peu partout dans le monde, la ministre des Armées a annoncé vendredi 5 juin la mort du chef des islamistes au Maghreb.

 

Nouvelle victoire contre le terrorisme 

 

Comme le rapporte l'AFP, l'armée française engagée au Mali a tué le chef historique du jihad au Maghreb Abdelmalek Droukdel dans une opération, a expliqué la ministre des Armées Florence Parly sur son compte Twitter. Il a été tué jeudi au nord-ouest de la ville malienne de Tessalit.

"Plusieurs de ses proches collaborateurs" ont également été "neutralisés", selon Florence Parly. "Le 3 juin, les forces armées françaises, avec le soutien de leurs partenaires, ont neutralisé l’émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, et plusieurs de ses proches collaborateurs, lors d’une opération dans le nord du Mali", a écrit Florence Parly. 

La France revendique également vendredi soir la capture d'un "cadre important de l'EIGS", le groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara, rival du GSIM au Sahel et désigné ennemi numéro un par Paris depuis le sommet de Pau (France), en janvier, réunissant le président français Emmanuel Macron et les chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad).

«Les opérations contre l'EIGS, l'autre grande menace terroriste dans la région, se poursuivent également. Le 19 mai dernier, les forces armées françaises ont capturé Mohamed el Mrabat, vétéran du djihad au Sahel et cadre important de l'EIGS», a annoncé Mme Parly sur Twitter.

La force française antijihadiste Barkhane, forte de plus de 5.000 militaires, multiplie ces derniers mois les offensives au Sahel pour tenter d'enrayer la spirale de violences qui, mêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso l'an dernier.

À n'en pas douter, cette opération de l'armée française au Mali est un succès contre le terrorisme et pour le maintien de la paix.

 

Denis et Julien pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans Terrorisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article