La Rochelle : des policiers refusent d’interpeller un individu qui les insultait par crainte d’être accusés de racisme

Publié le par Denis et Julie

Les forces de l’ordre travaillent actuellement dans un contexte tendu, quelques jours seulement après les annonces du ministre de l’Intérieur. Des policiers de La Rochelle ont laissé filer un homme qui les insultait copieusement. Ils souhaitaient éviter une éventuelle émeute.

Les forces de l’ordre travaillent actuellement dans un contexte tendu, quelques jours seulement après les annonces du ministre de l’Intérieur. Des policiers de La Rochelle ont laissé filer un homme qui les insultait copieusement. Ils souhaitaient éviter une éventuelle émeute.

 
Depuis la mort de George Floyd aux États-Unis, les manifestations anti-flics sont nombreuses en France. Pour tenter de rétablir l’ordre, le ministre de l’Intérieur a déclaré ce lundi 8 juin 2020 « qu’une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’acte ou de propos raciste » de la part d’un policier. Aujourd’hui, certains syndicats de police appellent à cesser les interpellations tandis que plusieurs fonctionnaires craignent d’être accusés de racisme voire même de violence. C’est exactement ce qu’il se serait passé à La Rochelle, ce mardi 9 juin, selon les informations de Valeurs Actuelles.


Une patrouille de police insultée


Hier, dans l’après-midi, les forces de l’ordre patrouillaient à moto, à La Rochelle, en Charente-Maritime. Sur leur route, un jeune garçon à vélo leur a crié à plusieurs reprises « ACAB ». Cet acronyme fait référence au slogan anti-police « Alls Cops Are Bastard » (« Tous les flics sont des bâtards » en français). Les agents ont alors immédiatement fait demi-tour afin de s’expliquer avec le petit malin et lui rappeler, au passage, que son comportement un brin provocateur est intolérable. Le cycliste a continué d’insulter la patrouille, sans craindre de possibles représailles.

 
Aucune arrestation

 
Les fonctionnaires agressés ont finalement laissé partir le délinquant… en le « saluant poliment », selon le magazine d’actualité. Une arrestation pour outrage à agent aurait pourtant été bien méritée ! Les policiers ont eu peur qu’une interpellation donne lieu à une émeute ou à des accusations futures de racisme.

 
D’après une source policière reprise sur Twitter, un rapport de la Police nationale a toutefois été édité :

Lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue le 8 juin dernier, le ministre de l’Intérieur s’est exprimé au sujet du racisme au sein de la police. Les différentes mesures annoncées par Christophe Castaner agacent les syndicats, qui n’ont pas hésité à montrer leur mécontentement sur les réseaux sociaux et à la télévision.

ALTERNATIVE Police appelle notamment à cesser les interpellations. Son secrétaire général, Denis Jacob, a assuré sur LCI que « les policiers n’en peuvent plus ». « La révolte policière n’est pas loin ».

Denis et Julie pour le Peuple Actu

 

Faire un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans France, Faits Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article