Dijon : Emmanuel Macron ordonne l’expulsion des étrangers impliqués dans les récents faits de violence

Publié le par Julie

Le président de la République aurait demandé au ministère de l'Intérieur l'expulsion de tous les étrangers impliqués dans les récents faits de violence à Dijon. 
Emmanuel Macron

Le président de la République aurait demandé au ministère de l'Intérieur l'expulsion de tous les étrangers impliqués dans les récents faits de violence à Dijon. 

Depuis plusieurs jours, les violences se multiplient à Dijon, et plus particulièrement au cœur du quartier des Grésilles. Emmanuel Macron semble avoir enfin pris des dispositions et aurait demandé au ministère de l’Intérieur d’expulser tous les étrangers interpellés dans le cadre de ces faits.

 
Selon les informations exclusives de LCI, l’Élysée aurait finalement réagit aux violences qui animent la ville de Dijon depuis ces derniers jours. Emmanuel Macron s’est prononcé et ordonne l’expulsion de tous les étrangers qui sont impliqués dans ces graves faits de violence et de troubles à l’ordre public.

 
Les procédures administratives respectées

 
D’après LCI, le président de la République aurait demandé au ministère de l’Intérieur d’expulser tous les individus étrangers qui ont été interpellés dans le cadre des récents événements qui se sont déroulés à Dijon. Les futures interpellations seraient également concernées par cette décision. Toutefois, l’Élysée précise que les procédures administratives seront bel et bien respectées. Pour rappel, plusieurs Tchétchènes arrêtés sont des réfugiés.

 
Une situation alarmante

 
Tout a débuté la semaine dernière lorsqu’un adolescent tchétchène âgé de 16 ans a été agressé par des dealers maghrébins. À la suite de cette rixe, les deux communautés se sont enflammées et ont semé la pagaille dans le quartier des Grésilles, qui a été le théâtre de scènes impressionnantes. Incendies, armes à feu et tirs étaient au rendez-vous pour le plus grand désarroi des habitants. Ce lundi 15 juin, des CRS, gendarmes mobiles et renforts du RAID et de la BAC ont même été déployés.

 
Laurent Nuñez, secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur, s’est rendu sur place ce mardi 16 juin et a promis sur BFMTV que la réponse « serait extrêmement ferme et que ce dispositif serait maintenu ». L’homme politique faisait notamment référence au déploiement de près de 150 agents dans la capitale de la Bourgogne.

La veille au soir sur Twitter, Christophe Castaner appelait d’ailleurs à « une réponse ferme ».

Dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 juin, des violences ont également éclaté à Nice, au quartier des Liserons, opposant des bandes rivales composées d’une cinquantaine d’hommes. Trois blessés graves sont à déplorer, dont deux d’origine tchétchène. 

Julie pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article