Coronavirus : un rapport flingue les millions d'euros « superflus » dépensés par le gouvernement

Publié le par Julie

Dans un rapport présenté le 27 mai dernier, la députée LR Marie-Christine Dalloz dénonce les dépenses « superflus » du gouvernement pour mener à bien sa communication pendant la crise sanitaire.
Edouard Philippe

Dans un rapport présenté le 27 mai dernier, la députée LR Marie-Christine Dalloz dénonce les dépenses « superflues » du gouvernement pour mener à bien sa communication pendant la crise sanitaire.

 
Selon les informations du magazine Capital, un étonnant rapport a été présenté à l’Assemblée nationale le 27 mai dernier. À travers ce document, la députée LR Marie-Christine Dalloz dénonce les dépenses « superflues » réalisées par le gouvernement pour assurer sa communication pendant la crise sanitaire.

 
Le service d’information du gouvernement et ses dépenses excessives

 
Le rapport parlementaire revient essentiellement sur la mission budgétaire « Direction de l’Action du Gouvernement » (DAG). Il permet notamment de mettre en lumière que l’État français aurait beaucoup dépensé dernièrement, via le service d’information du gouvernement (SIG). Le surcoût estimé s’élèverait entre 15 et 20 millions d’euros !

 
Marie-Christine Dalloz, qui a observé en détail ces dépenses, est ferme. « Seuls 9 millions d’euros découlent de la mise en place de la plateforme téléphonique destinée à informer les citoyens », précise-t-elle. « Dans un contexte financier contraint, où le risque de dépassement budgétaire apparaît inévitable (…) l’arrêt de certaines activités non essentielles, tels les sondages, aurait été nécessaire », selon elle.

 
L’opinion publique, une influence pour le gouvernement ?

 
La députée LR pointe du doigt un choix qui démontre « qu’au cœur de la crise, les décisions du Gouvernement ont été davantage guidées par l’évolution de l’opinion publique que par la poursuite de l’intérêt général ». Marie-Christine Dalloz critique également d’autres « initiatives malheureuses qui ont mobilisé des moyens financiers et humains » en faisant référence à « la mise en place d’une page internet éphémère recensant les articles de presse certifiés par le Gouvernement ». Pour rappel, ce site - qui mettait en avant cinq médias seulement - avait été retiré suite à la colère des journalistes.

 
L’élue du Jura reste toutefois optimiste et affirme qu’il « est permis de croire que les impacts budgétaires ne seront pas majeurs à l’échelle du programme ».

Affaire à suivre...

Julie pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans France, Gouvernement, Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article