[VIDEO] Affaire Adama Traoré : « une famille de délinquants », selon Julien Odoul

Publié le par Denis

Julien Odoul était l'invité de l'émission "Morandini Live" en direct sur CNews ce mardi matin. Le membre du bureau national du Rassemblement national est revenu sur l'affaire Adama Traoré.
Julien Odoul

Julien Odoul était l'invité de l'émission "Morandini Live" en direct sur CNews ce mardi matin. Le membre du bureau national du Rassemblement national est revenu sur l'affaire Adama Traoré.

Invité de l'émission «Morandini Live» sur CNews ce mardi matin, Julien Odoul était interrogé sur l'affaire Adama Traoré. Pour le membre du bureau national du Rassemblement national, «c'est une famille de délinquants.»

«Est-ce que vous soutenez le combat de la famille Traoré ?», demande Jean-Marc Morandini. L’élu RN a alors répondu : «Je ne soutiens pas le gang Traoré. C'est un gang, une famille de délinquants. Un a été condamné pour violence sur personne vulnérable ; un qui a été condamné pour avoir incendié un bus».

Julien Odoul est revenu sur la mort d'Adama Traoré, en 2016, lors d’une interpellation de la police dans le Val-d'Oise. L'élu explique que le jeune homme «n’a pas été tué parce qu’il était noir. Il a, malheureusement, été tué lors d’une interpellation parce que c’est une racaille. Il ne faut pas inverser les choses».

Adama Traoré est mort le 19 juillet 2016 après son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) au terme d'une course-poursuite avec les gendarmes. Quatre ans après sa mort, trois expertises médico-judiciaires ont écarté la responsabilité des gendarmes. Une expertise commandée par la famille, dévoilée mardi, affirme le contraire. 

Malgré l'interdiction prononcée par la préfecture, un rassemblement en sa mémoire a eu lieu mardi 2 juin sur le parvis du TGI de Paris. Plus de 20 000 personnes ont participé. Des heurts avec la police avaient éclaté dans la soirée.

Denis pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article