[VIDEO] Bordeaux, un cycliste renversé par une voiture de police puis interpellé violemment : la polémique enfle

Publié le par Fanny

Cette interpellation dite « musclée » a eu vite fait de faire le tour des réseaux sociaux. Si la ville de Bordeaux déclare conforme cette arrestation, un rapport du Directeur général des services de la ville a toutefois était demandé.

Cette interpellation dite « musclée » a eu vite fait de faire le tour des réseaux sociaux. Si la ville de Bordeaux déclare conforme cette arrestation, un rapport du Directeur général des services de la ville a toutefois était demandé.

Un cycliste renversé et interpellé violemment : des témoins protestent et s’indignent

Les faits se sont déroulés mercredi 6 mai à Bordeaux, place Nansouty. Le cycliste aurait adressé un « doigt d’honneur » à une voiture alors que celle-ci le klaxonnait, sans se rendre compte qu’il s’agissait d’une voiture de police municipale. La voiture aurait vraisemblablement fait une queue de poisson au cycliste, ce qui a provoqué sa chute. S’ensuit alors une interpellation plutôt musclée, qui indigne les passants se trouvant également sur la place.

Plaquage au sol, insultes et policiers sans masque de protection

Les témoins de la scène, au nombre de « 30 à 50 » selon FranceInfo, crient au scandale alors que le jeune homme se fait plaquer au sol et menotter. Certaines personnes décrivent également des policiers municipaux  non protégés, « qui ne portent pas de masque ». La vidéo permet d’apercevoir la scène de l’interpellation. Alors qu’une jeune femme proteste : « vous le renversez puis vous le menottez » on peut entendre un policier lui répliquer « arrêtez de nous casser les couilles ».

 

Une plainte a été déposée par le cycliste

Alors que la mairie de Bordeaux affirme que « les caméras-piétons des policiers municipaux permettent de constater l’outrage, la rébellion et l’accomplissement conforme de toutes les règles d’intervention de la Police municipale », le cycliste a quant à lui déposé plainte et a été présenté au commissariat pour rappel à la loi pour outrage et rébellion. En parallèle, la ville a tout de même demandé un rapport auprès du Directeur général des services de la Ville qui n’a pour le moment toujours pas été rendu.

La « police des polices » l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) n’est pas l’autorité compétente pour juger la police municipale qui reste sous l’autorité du maire, et ne peut donc agir dans cette affaire. Cependant, si le parquet relève des abus dans cette arrestation, il y a possibilité de faire ouvrir une enquête.

Une interpellation qui risque de faire grand bruit, en plein confinement alors que les policiers municipaux sont actuellement sous les feux des projecteurs depuis plusieurs semaines.

Fanny pour le peuple actu

 

Faire un don en ligne à peuple actu

Publié dans Faits Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article