[VIDEO] «On ne croit plus en vous» : vifs échanges entre des soignants et Emmanuel Macron à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière

Publié le par Julien

Alors que le président de la république était en visite à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, des soignants l'ont vivement interpellé et ont laissé éclater leur colère.

Alors que le président de la république était en visite à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, des soignants l'ont vivement interpellé et ont laissé éclater leur colère.

Alors qu'Emmanuel Macron tente de rassurer le personnel soignant, très remonté contre l'exécutif, il s'est fait vivement interpeller par deux soignants lors de sa visite à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière ce vendredi 15 mai. Ils n'en peuvent plus du délabrement de l'hôpital public. Ambiance tendue.

 

"On ne croit plus en vous" fustige les soignants 

 

La défiance envers le chef de l'État ne faiblit pas, pire encore elle semble se cristalliser et se développer. Emmanuel Macron se rappellera de sa deuxième visite à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière ce vendredi 15 mai. Il tente d'éteindre le feu de la colère des soignants en faisant un semblant d'excuses. Il a reconnu "une erreur dans la stratégie" et promet de mettre en place des mesures pour remédier et éviter la paupérisation de l'hôpital public.

Malgré ces propos, il s'est attiré les foudres de deux soignants atterrés et fatigués. Ils lui ont demandé en face à face une revalorisation salariale et des mesures concrètes pour sauver l'hôpital public.

Cet échange vif témoigne de la défiance des soignants envers le président de la république. Face aux invectives des soignants, Emmanuel Macron a été en grande difficulté. Lorsqu'Emmanuel Macron indique qu'il ne veut pas que "le désespoir s'installe", à ses propos, les soignants ont immédiatement réagi : «Ca fait longtemps qu'on est désespérés, avant même le covid on était désespérés».

Il tente de rassurer en disant "On est là". La réponse est cinglante de la part des soignants : «On est désespéré, on ne croit plus en vous»

En ne sachant plus trop quoi répondre face à ces propos, il a écourté l'échange. Cet incident témoigne de la défiance très forte des soignants et d'une majorité des Français. Samedi 16 mai, cette colère se retrouvera sûrement dans la rue, gilets jaunes et collectifs de soignants appellent à manifester contre le gouvernement. Une colère qui risque de s'amplifier si le président de la république Emmanuel Macron ne donne pas de garanties suffisantes aux soignants et aux Français.

Julien pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans Macron, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article