Coronavirus : la peine de Jérôme Cahuzac suspendue pour prêter main-forte aux soignants

Publié le par Fanny

L’ancien ministre délégué au budget et condamné pour fraude fiscale et blanchiment d’argent a bénéficié d’une suspension de sa peine d’une durée de deux mois pour prêter main-forte aux soignants durant l’épidémie de coronavirus qui frappe l’hexagone.

L’ancien ministre délégué au budget et condamné pour fraude fiscale et blanchiment d’argent a bénéficié d’une suspension de sa peine d’une durée de deux mois pour prêter main-forte aux soignants durant l’épidémie de coronavirus qui frappe l’hexagone.

L'ancien ministre de François Hollande, condamné pour fraude fiscale et blanchiment d'argent, a bénéficié, en tant que médecin, d'une suspension de sa peine de deux mois pour aider les soignants en première ligne de la crise sanitaire.

Jérôme Cahuzac autorisé à exercer par l’Ordre des médecins durant sa peine

 

Après avoir été condamné pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, l’ancien ministre délégué au budget, Jérôme Cahuzac, avait rejoint la Corse pour y exercer sa profession première : celle de médecin. En effet, le parquet l’avait placé en 2019, sous bracelet électronique et l’Ordre des Médecins l’avait autorisé à exercer son métier à raison de quelques matinées par semaine à l’hôpital de Bonifacio. Il a donc rejoint à l’automne dernier une unité de soins longs séjours où il vient de signer un nouveau contrat l’engageant pour 6 mois supplémentaires.

L’ancien ministre réquisitionné face à l’épidémie de coronavirus

 

Alors que l’épidémie de Covid-19 frappe la France de plein fouet, Jérôme Cahuzac s’est vu bénéficier d’une suspension de sa peine de deux mois et a été réquisitionné en première ligne comme la majorité de ses collègues médecins afin de faire face à l’afflux de patients. Ainsi disponible, la justice a estimé qu’il serait présent pour travailler à tous moments quand cela serait nécessaire.

Une suspension qui prendra fin le 20 mai prochain

 

Comme l’a annoncé FranceInfo, cette « parenthèse a été de courte durée ». En date du 11 mai dernier, l’ancien ministre de François Hollande aurait reçu une convocation du tribunal afin de revoir sa peine. Le 20 mai prochain Jérôme Cahuzac se verra remettre le bracelet électronique afin de purger sa peine comme il se doit. Une situation qui ne convient pas du tout à ses avocats - dont le célèbre Éric Dupond-Moretti - qui avaient déposé une demande de liberté conditionnelle juste avant que l’épidémie ne sévisse en France. Une demande qui a été repoussée à juin prochain en raison du confinement.

Selon ses avocats interrogés par FranceInfo, Jérôme Cahuzac a « régularisé sa situation financière et présente toutes les conditions favorables pour être libéré ». Éric Dupond-Moretti va même jusqu’à dénoncer « un acharnement insupportable » à l’encontre de son client, « par des personnes qui voulaient voir Cahuzac en prison à tout prix ».

Le parquet d’Ajaccio, de son côté, déclare de cette affaire que tout est « conforme au Code de procédure pénale ». Dans l’attente, il se trouve que Jérôme Cahuzac devra bien se voir poser de nouveau un bracelet électronique à partir du 20 mai, et que cette « courte parenthèse » ne signifiait rien d’autre qu’une aide solidaire face à l’épidémie.

Fanny pour le Peuple Actu

 

Je fais un don en ligne à Peuple Actu

Publié dans France, justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article