Allocution présidentielle : plus d'1 Français sur 2 défavorables à la réouverture des établissements scolaires

Publié le par Le Peuple Actu

Alors que le président de la république annonce " une réouverture progressive " des établissements scolaires à partir du 11 mai, l'inquiétude monte chez les syndicats des enseignants et les parents d'élèves. Depuis le 16 mars, 12,5 millions d'élèves suivent les cours à distance.
Emmanuel Macron

Alors que le président de la république annonce " une réouverture progressive " des établissements scolaires à partir du 11 mai, l'inquiétude monte chez les syndicats des enseignants et les parents d'élèves. Depuis le 16 mars, 12,5 millions d'élèves suivent les cours à distance.

 

Réouverture des écoles : des Français partagés

 

Grande surprise pour les parents et les élèves. Lors de son allocution, Emmanuel Macron a déclaré :

«Trop d'enfants, notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes, sont privés d'école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents, c'est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes", a expliqué le chef de l'Etat. Il a fait valoir que "le gouvernement aura[it] à aménager des règles particulières, organiser différemment le temps et l'espace, bien protéger nos enseignants et nos enfants avec le matériel nécessaire ».

 

Face à cette position, 54 % des Français désapprouvent la réouverture des établissements scolaires. 60 % des parents de 25-34 ans sont également plus inquiets que soulagés de cette décision.

Globalement, la défiance des Français envers l'exécutif est encore prégnante : 53 % des Français n'ont pas été convaincus par son allocution et même que le gouvernement n'en fait pas assez pour stopper l'épidémie (56 %). De plus, les Français souhaitaient majoritairement que le port du masque soit obligatoire (65 %). Même s'il trouve le chef de l'Etat clair (63 %), la société française ne semble pas comprendre complétement la stratégie mise en place par Emmanuel Macron.

 

L'inquiétude des syndicats d'enseignants

Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a expliqué à France Info qu'"il est difficile aujourd'hui de savoir si, le 11 mai, nous serons prêts à reprendre le chemin de l'école, quand on sait que les écoles sont des hauts lieux de transmission". Il faudra évidemment travailler à un aménagement, travailler à comment on va reprendre le chemin de l'école, et est-ce que le 11 mai, nous serons prêts ? Cela nous paraît difficile d'anticiper aujourd'hui sur ce que sera le 11 mai. Les cinémas et les restaurants seraient fermés alors pourquoi les écoles seraient elles ouvertes ?". Elle ajoute " il faudrait vraiment être sûr que l'épidémie soit derrière nous. "

Pour tenter d'éteindre l'incendie, le ministre de L'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a précisé mardi 14 avril que " la reprise des cours ne sera pas obligatoire " mais s'effectuera " avec des aménagements ". Une chose est sûre, les cours en classe entière ne sont pas à l'ordre du jour. Des groupes d'une dizaine d'élèves en rotation sont privilégiés.

Lire aussi :

 Faire un don à Peuple actu.

Publié dans France, Sondages, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article