Coronavirus : pourquoi il faut arrêter les anti-inflammatoires

Publié le par Le Peuple Actu

La prise de certains anti-inflammatoires semblent susceptibles d'aggraver les effets du COVID-19. Il est donc recommandé de les éviter. Attention toutefois aux personnes déjà sous traitement pour lesquelles l'arrêt n'est pas systématique.

Certains anti-inflammatoires semblent susceptibles d'aggraver les effets du COVID-19. Il est donc recommandé de les éviter. Attention toutefois aux personnes déjà sous traitement pour lesquelles l'arrêt n'est pas systématique.

Tout est parti d'un tweet d'Olivier Veran, le ministre de la santé, indiquant que la prise de certains anti-inflammatoires pouvait aggraver les effets du COVID-19. En effet, l'ibuprofene augmente le nombre de récepteurs sur lesquels se fixe le coronavirus. Parmi les anti-inflammatoires ciblés, se trouvent les non-stéroïdiens qui figurent parmi les médicaments les plus utilisés en auto-médication. 

L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) met en garde depuis longtemps les consommateurs en cas d'usage de ces substances lors d'infections. En conséquence, elle avait décidé de retirer ces médicaments de la vente en libre-service le 15 janvier dernier.

Des effets secondaires désastreux

Dans le cas actuel du coronavirus, les anti-inflammatoires peuvent non seulement avoir des effets secondaires désastreux mais également masquer des symptômes du COVID-19. Ainsi, en cas de douleur ou de fièvre, d'angine ou de toux, il s'avère préférable de consommer du paracétamol en lieu et place des anti-inflammatoires habituels.

Pour les personnes actuellement sous anti-inflammatoires, il est recommandé de ne pas arrêter le traitement sauf en cas de fièvre ou de syndrome grippal. En cas de doute sur la marche à suivre, il suffit de demander conseil à son médecin.

Lire aussi:

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article