Hôpital public français : les démissions de chefs de service s'enchaînent

Publié le par Le Peuple Actu

De Rennes à Marseille, Paris ou Caen, des médecins chefs de services démissionnent en chaîne depuis une semaine, pour remettre la pression sur le gouvernement à l'approche d'une nouvelle mobilisation de l'hôpital public le 14 février.

De Rennes à Marseille, Paris ou Caen, des médecins chefs de services démissionnent en chaîne depuis une semaine, pour remettre la pression sur le gouvernement à l'approche d'une nouvelle mobilisation de l'hôpital public le 14 février.

En une semaine, plus de 300 praticiens hospitaliers ont officiellement renoncé à leurs fonctions administratives et d'encadrement - tout en continuant d'assurer les soins.

Ils entendaient ainsi protester contre «la diminution du financement global de la santé et des missions qui n'arrêtent pas d'augmenter, sans qu'il n'y ait des ressources en regard», selon le pneumologue Hervé Léna.

Pour calmer la tension, le gouvernement leur a promis des primes, une rallonge budgétaire et une reprise massive de dette. Trop peu et trop tard pour de nombreux médecins, qui ont "alerté solennellement" Agnès Buzyn le mois dernier de leur intention de démissionner à défaut de réelles "négociations" sur les salaires et, plus largement, sur le "mode de financement" et la "gouvernance" du secteur.

Publié dans Société, Gouvernement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article