Coronavirus: le sentiment anti-chinois progresse en Europe

Publié le par Le Peuple Actu

Un sentiment anti-chinois se répand de plus en plus en Europe lié à la propagation du coronavirus.

Un sentiment anti-chinois se répand de plus en plus en Europe lié à la propagation du coronavirus.

A Paris, la communauté chinoise dénonce les amalgames et la discrimination rampante depuis l'arrivée du coronavirus en France. Sur Twitter, «la communauté asiatique en France lance le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus pour mettre fin aux discriminations et amalgames qu'elle subit depuis le début de l'épidémie»

«Je suis française d’origine asiatique, je n’ai jamais mis les pieds en Chine, je ne suis pas un virus. Arrêtez donc vos propos et comportements racistes anti-asiatiques.», explique Sandy. 

Au micro de BFMTV, des Asiatiques dénoncent les amalgames et le racisme liés au coronavirus.

Dans les écoles le phénomène s'observe aussi, comme à La Courneuve en Seine-Saint Denis, rapporte France Inter. La direction de l'établissement a été saisie par certains parents après le refus de sa fille de 12 ans de se rendre au collège. Ce père explique : «Ses camarades l'ont mise à l'écart pendant deux jours en prétendant qu’elle allait contaminer l'école». Très vite, les moqueries ont dérivé : «Ils l'ont accusé de manger des chauves-souris, du chien, que toute sa famille, donc moi, son père, étions contaminés»

Selon la radio, des faits similaires ont été signalés à Bobigny ou encore Aubervilliers. Il n'y a eu pour le moment que six cas reconnus de coronavirus en France.

 

 

Ce racisme quotidien anti-chinois s'observe également de plus en plus en Italie, comme l’explique Marco Wong, président d'une association d'enfants d'immigrés chinois : «Le racisme resurgit avec l'alibi du coronavirus. Il y a eu des incidents dans plusieurs villes italiennes.»

L'épidémie de coronavirus a fait plus de 300 morts, dont un premier en dehors de Chine, selon un nouveau bilan.

Publié dans France, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article