Une quarantaine de djihadistes français devraient être relâchés en 2020

Publié le par Le Peuple Actu

Une vingtaine de djihadistes français seraient sortis de prison en 2018 et en 2019. Une quarantaine de détenus devraient être relâchés au cours de l’année 2020.

Une vingtaine de djihadistes français seraient sortis de prison en 2018 et en 2019. Une quarantaine de détenus devraient retrouver la liberté au cours de l’année 2020.

L’administration pénitentiaire a expliqué au Figaro qu’une quarantaine de djihadistes étaient déjà sortis de prison en 2018 et en 2019, après avoir purgé une peine pour des infractions à caractère terroriste (ICT).  Une quarantaine de détenus condamnés pour les mêmes motifs devraient être relâchés au cours de l’année 2020.

Le Figaro explique que ce chiffre devrait s’accroître encore pour les années suivantes. Environ 500 personnes actuellement derrière les barreaux pour des ICT seront libérées «d’ici 2022».

Un reportage de franceinfo révèle que certains prisonniers radicalisés sont prêts à récidiver dès leur sortie de prison. Après leur peine, ils envisageaient de s'en prendre à des inconnus en pleine rue, ou à des bâtiments publics.

Ce lundi 13 janvier, le premier djihadiste français condamné à son retour de Syrie, Flavien Moreau, a été libéré de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) où il était incarcéré. Il sera soumis à une surveillance judiciaire pendant un peu moins d'un an. 

L’homme, aujourd’hui âgé de 33 ans, avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme". Flavien Moreau avait rejoint les rangs des combattants djihadistes en 2012. Pour les victimes du terrorisme, c'est un coup dur.

Ce mercredi 15 janvier, l’avocat Thibault de Montbrial a estimé, sur Europe 1, que "la justice française est assez naïve". 

"La justice française est assez naïve face à ces gens. Les peines prononcées par la justice anti-terroriste sont en réalité beaucoup plus faibles qu’elles ne le devraient. Le procureur national antiterroriste et la DGSI sont furieux contre les peines prononcées", a-t-il poursuivi.

En France, les prisons abritent 500 prévenus ou condamnés pour terrorisme islamiste et 1200 détenus radicalisés.

Publié dans France, Terrorisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article